TOP 15 2016 - Master Droit des Affaires

Voir

Légende

  • Interview vidéo du responsable du programme

  • Informations détaillées / Plaquette du programme

  • Demande d'informations complémentaires

  • La formation est, de façon certaine, totalement ou partiellement financée par une entreprise d’accueil (long stage alterné conventionné, contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation).

Autres formations classées dans les Prix de l'Innovation

Autres formations classées dans les Prix de Lancement de Programme



Partagez ce classement
Interview de Marie CAFFIN-MOI
Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Cergy-Pontoise, Co-directrice du Master 2 DJCE

« Le droit des affaires est prisé par de nombreux étudiants, soucieux de trouver un emploi dans les cabinets d’affaires ou les directions juridiques. Les visages du droit des affaires sont multiples, au point qu’un premier choix fondamental s’impose entre un Master généraliste en droit des affaires et un Master spécialisé. Un master généraliste a l’immense avantage de permettre à l’étudiant d’avoir une perception globale de l’entreprise. Cette pluridisciplinarité est précieuse à l’heure où les cabinets d’affaires développent des spécialités nécessitant des compétences transversales. Un master plus spécialisé garantit quant à lui une formation de niche, qui peut correspondre à de forts besoins du marché de l’emploi à une époque donnée.

Lorsque l’étudiant fait son choix, il devra prêter une attention particulière non seulement aux dispositifs proposés en termes d’insertion professionnelle (stage, apprentissage, certifications, rencontres avec des professionnels, parrainages) et de débouchés dans des formations complémentaires (LLM, échanges internationaux, Ecoles de commerce), mais également à l’implication de l’équipe pédagogique et de la direction du diplôme.

Quant aux qualités requises par ces formations souvent très sélectives, l’attention est souvent portée sur le parcours académique des candidats, mais aussi sur les stages ou emplois et, de manière de plus en plus évidente, sur la maîtrise de l’anglais, sans laquelle les recrutements dans les cabinets d’avocats et directions juridiques deviennent très difficiles. »