chef de mission humanitaire : tout savoir sur ce métier !

Les missions humanitaires ont la particularité de placer les professionnels qui y travaillent dans le cœur de l'action. Habituellement, elles sont délicates et parfois, elles sont dangereuses. À la tête de celles-ci se trouve le chef de mission humanitaire, dont la responsabilité consiste entre autres à définir les objectifs et la stratégie d'un projet, à coordonner son organisation et à gérer les équipes qui y sont mandatées. Les lieux d’affectation sont le plus souvent des régions en proie aux crises naturelles ou politiques.

Ce responsable est souvent le représentant de l’organisation (qu’il s’agisse d’une l'ONG ou non) qui l'emploie dans son pays d'affectation. Il apporte son expertise et son aide dans la prise de décisions, fort des nombreuses années qu'il a passé préalablement sur le terrain. Certains parmi ces travailleurs ont commencé dans le volontariat. D’autres sont d'anciens médecins, des logisticiens, des administrateurs, etc.

Ce métier vous intéresse-t-il au point d'en faire un choix de carrière ? De nombreuses ONG sont à la recherche constante des profils pour ce poste qui n'est pas facile à assumer, du fait qu'il demande des compétences variées. Nous vous présentons ce que vous devez savoir sur le poste.

Quelles sont les activités et les missions d’un chef de mission humanitaire ?

Les activités d'un chef de mission humanitaire sont variées. Parmi les principales, on peut citer :

  • La conduite des programmes d'aide dans un pays : celle-ci est menée en fonction des enjeux économiques, sécuritaires, sociaux et politiques du pays d'affectation ;
  • la conception des plans de travail et la mise en place des outils nécessaires au suivi de la mission ; 
  • la rédaction des rapports d'activité ;
  • le rôle de courroie entre les administrations locales et l'organisme qui l'emploie ;
  • la gestion du budget assigné à la mission ;
  • l’analyse de la situation humanitaire sur le terrain, son encadrement des salariés et des volontaires ;
  • la gestion de la sécurité de ses équipes : travailleurs locaux et expatriés ; 
  • la prise des décisions même en cas d'imprévu, qui apporte des solutions d'urgence.

Sa mission continue même quand la crise est terminée. À ce moment, il doit fournir aux populations locales les moyens d'être autonomes lorsque l'aide humanitaire aura quitté la région.

Quel est le profil de compétences d’un chef de mission humanitaire ?

L'humanitaire, c'est surtout une question de vocation. De ce fait, il faut avoir envie d’apporter naturellement de l'aide aux personnes dans le besoin.  Dans ce secteur, il faut accepter d'être constamment en mouvement et donc de très souvent déménager. Le chef de mission humanitaire doit pouvoir supporter de vivre sans grand confort, avec une hygiène sommaire et parfois faire face aux situations extrêmes pendant de longues périodes. D'autre part, il doit être d'un relationnel facile pour manager une équipe sous pression et pouvoir supporter sa masse de travail. Dans un contexte de précarité, il sait gérer le stress, il reste rigoureux et organisé, il maintient la cohésion de son équipe et il reste professionnel.

Exercer ce poste demande des compétences variées puisque cette fonction réunie plusieurs secteurs d’activité (santé, agriculture, éducation, droit, logistique, commerce, etc.). De ce fait, il vaut mieux suivre une formation de spécialisation. Les étudiants du niveau Bac +5 titulaires du master projet humanitaire ont donc toute l'attention des recruteurs, même si d’autres bagages académiques peuvent aussi correspondre.

Quelles sont les filières et formations pour devenir chef de mission humanitaire ?

Face à la complexité du métier aujourd’hui, il est devenu essentiel de suivre une formation post-bac de type master. Voici quelques-uns des programmes de master qui peuvent déboucher sur un emploi de chef de mission humanitaire :

Quel peut-être le salaire d’un chef de mission humanitaire ?

Selon la taille de l’organisation et le niveau d’expérience, un chef de mission humanitaire peut s’attendre à un salaire mensuel brut oscillant de 1700 € à 4000 €, avec une moyenne autour de 2100 €.

Actualités

Publication le 05/12/2022 | MAJ le 05/12/2022

Dans l’optique de former des étudiants agiles et hybrides, la FLD (Faculté Libre de Droit) Lille va lancer le programme international Law and Finance dès la rentrée 2023. Cette nouvelle formation a été mise au point conjointement avec l’EDHEC. Les étudiants décrocheront un double diplôme international à la fin de leurs parcours.

Publication le 05/12/2022 | MAJ le 05/12/2022

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre dans de très nombreux secteurs, les entreprises mobilisent toutes leurs ressources pour attirer leurs meilleurs talents. Le DAF, historiquement concentré sur les chiffres, devient aujourd’hui une personne clé qui épaule la DRH pour le recrutement.

Publication le 01/12/2022 | MAJ le 01/12/2022

La mise en place d’un incubateur d’entreprises entre désormais dans la stratégie des grandes écoles. Ces structures offrent un accompagnement aux étudiants en fin de cursus qui ont des projets d’entreprises. Les futurs entrepreneurs bénéficient en effet des conseils et du mentorat des professionnels expérimentés afin d’assurer le succès et le développement de leurs projets.