chargé de veille économique: tout savoir sur ce métier !

Lorsqu'on parle de veille économique, il s'agit de collecter, analyser et diffuser l'information en direction des acteurs économiques. Le but est d'anticiper les mutations du marché, les risques de menaces et de saisir toute nouvelle opportunité. D'un autre côté, la veille économique touche au facteur sécurité, notamment la protection des données économiques stratégiques de l'entreprise. Enfin, la veille économique intègre les activités d'influence qui favorisent le développement des acteurs économiques.

Un chargé de veille économique est responsable de la collecte, de l'étude et de la mise en forme de ces informations. Il effectue une veille sur les marchés cibles, étudie la concurrence, prête attention à l'évolution des technologies pour permettre à une entreprise d'améliorer sa compétitivité.

Ce professionnel peut travailler en interne, dans un cabinet de conseil ou au sein d'un observatoire. Lorsqu'il est mandaté par un cabinet de conseil, il peut exercer des activités d'assistance à la commercialisation des biens et services.

Quelles sont les activités et les missions d’un chargé de veille économique ?

La veille économique s'est fortement développée avec les nouvelles technologies qui multiplient les sources d'information et permettent l'automatisation du travail de collecte. Au quotidien, le chargé de veille économique a de nombreuses tâches à assumer.

En rapport avec la veille économique et concurrentielle, il recueille, recoupe et valide les informations dignes de confiance auprès de sources variées, puis il les échange avec les partenaires. Cette veille touche aux sujets d'intérêt général (marché, environnement commercial, technologies, réglementations...). Elle peut aussi être orientée pour un client. Dans ce cas, elle porte sur l'étude des besoins, la formation du client, le paramétrage, la rédaction des rapports de veille, etc. À partir des données retenues, il crée une base de données qu'il gère par des mises à jour et des évaluations.

Pour réaliser des études économiques et concurrentielles, il s'active à comprendre et à traduire les enjeux relevés lors des diagnostics et étudie plusieurs entreprises pour découvrir leur stratégie et leur positionnement. Cela passe par l'appropriation des enjeux majeurs, la classification des menaces, des opportunités et des facteurs clés de succès des marchés étudiés.

Ensuite, il apporte de la valeur aux informations obtenues en réalisant un tri selon les différents livrables. Ces informations sont réparties en notes de synthèse ou en cartographie afin d'être communiquées au client. De plus, il utilise les sites Internet, les réseaux sociaux et tout autre support permettant d'apporter de la valeur aux informations.

Pour mener toutes ces missions, le chargé de veille économique doit savoir utiliser les outils de veille sur Internet, connaître les techniques de collecte, de traitement et de gestion des données, il doit maîtriser l'analyse des statistiques et des outils bureautiques. Il possède des notions scientifiques globales des activités de l'entreprise, des connaissances d'économie, de droit, de gestion de projet et d'anglais.

Ce responsable intellectuellement curieux possède un esprit d'investigation, de synthèse et d'analyse. Il est ouvert d'esprit, discret et organisé.

Réussir dans la fonction veille économique demande une solide formation préalable. Il n'est donc pas étonnant que ces professionnels aient suivi des études universitaires poussées, de niveau Bac +5, souvent couronnées par la validation du  master intelligence  économique ou d’autres diplômes équivalents.

Face à la complexité du métier aujourd’hui, il est devenu essentiel de suivre une formation post-bac de type master. Voici quelques-uns des programmes de master qui peuvent déboucher sur un emploi de chargé de veille économique :

Selon la taille de l’organisation et le niveau d’expérience, un chargé de veille économique peut s’attendre à un salaire mensuel brut oscillant de 1800 € à 4500 €, avec une moyenne autour de 2600 €.

Actualités

Publication le 26/01/2023 | MAJ le 26/01/2023

Face à l’essor de la digitalisation, les compétences en intelligence artificielle, technologies de l’information et sciences des données sont cruciales. Or, les organisations peinent à trouver les talents nécessaires pour relever les défis et saisir les opportunités qu’offre ce monde numérisé. Le diplôme international lancé par ESSEC, CentraleSupélec et Columbia vise à former les futurs professionnels dans ces domaines.

Publication le 26/01/2023 | MAJ le 26/01/2023

Lors de la présentation de son plan stratégique SKY25, SKEMA Business School a annoncé l’ouverture prochaine de son école de droit. C’est désormais chose faite. En fin octobre 2022, le campus de la SKEMA Law School for Business a été inauguré à Belo Horizonte, au Brésil. Les étudiants seront formés au droit, en y associant les fondamentaux de la finance et du management.

Publication le 25/01/2023 | MAJ le 25/01/2023

Après une année 2022 marquée par une forte perturbation du supply chain ayant affecté de manière significative la croissance des entreprises industrielles, ces dernières comptent limiter les risques pour cette année. Selon un rapport d’étude publié récemment, plus de 4 entreprises sur 10 travaillant dans le secteur industriel envisagent d’augmenter les investissements dans la chaîne d’approvisionnement. Les dépenses d’investissement seront notamment consacrées au déploiement de solutions technologiques et à la diversification.