Actualités

MBA E-Business de l’ISC Paris : « Nos étudiants interviennent comme un cabinet de conseil »

Article du 06/09/2012 par SMBG

Créé en 2005 par son actuel responsable pédagogique, François Cazals, le MBA E-Business de l’ISC Paris a vocation à fournir un enseignement relatif au management et à la stratégie numérique des entreprises. Il vise également à conférer aux jeunes professionnels comme aux plus expérimentés une importante culture technologique. Il faut, en effet, avoir une expérience dans le monde du travail d’un minimum de 18 mois pour l’intégrer.

De plus en plus reconnu comme un programme de référence en matière d’e-business, le MBA spécialisé part-time de l’école parisienne s’est installé à la 6e place du Classement SMBG 2012 des Meilleurs Masters en E-Business et Communication Multimédia.

A l’aube de la rentrée académique, nous avons posé quelques questions à son directeur.

 

SMBG : Vous avez créé ce programme il y a maintenant 7 ans. A quel besoin répond-il ?

François Cazals : Nous avons constaté qu’au regard de la situation économique, l’e-business contribuait à produire de la croissance là où il était difficile de la cerner. Il était alors important de mettre en place une formation pouvant mener à des emplois à forte valeur ajoutée que nous avions ciblé, à savoir :

-          les métiers de l’e-business dans les sociétés traditionnelles, et qui étaient dans le besoin de développer leur activité sur Internet,

-          les métiers dits « Pure Player » concernant les entreprises dont l’activité est menée exclusivement sur le web,

-          les métiers du conseil dans l’e-business, sur le plan communication, marketing…

Il existait et existe toujours un excellent équilibre en termes de débouchés sur ces fonctions. Nous nous adaptons, bien entendu, à l’évolution de la profession et aux nouveaux métiers comme ceux relatifs aux médias sociaux ou à la convergence numérique, par exemple.

 

SMBG : Un chantier applicatif réel est prévu au sein du MBA E-Business. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

François Cazals : Il fait partie des deux éléments forts et principaux de notre formation. Il constitue un fil rouge. Le principe est simple : une entreprise nous sollicite (la promotion en place) et nous fait part d’un problème réel auquel elle est confrontée. Encadrés par le corps professoral, constitué en grande majorité par des professionnels en activité, nos étudiants interviennent comme un cabinet de conseil en e-marketing, en conception de sites Internet selon les cas et fournissent un rapport. La présentation peut être faite chez nous, mais il arrive que la promotion concernée soit invitée dans les locaux de l’entreprise « cliente » afin de proposer ses solutions.

L’an dernier, Reed expositions, premier organisateur mondial de salons, a fait intervenir les étudiants du MBA sur un problème concret lié à l’organisation d’un de leurs salons.

A la fin de cet « exercice », une note est rendue collectivement par les enseignants du programme et par les professionnels conseillés.

 

SMBG : Et quel est l’autre point principal de la formation ?

François Cazals : Il concerne la publication d’un ouvrage collectif, co-rédigé par l’ensemble des membres de la promotion. Les étudiants sortants publieront prochainement, à ce titre, Les Business Models du numérique. Celui-ci sera édité en version papier comme en version digitale compatible pour les tablettes numériques. Cet ouvrage annuel tend, le plus possible, à coller à l’actualité de l’e-business. Nous avions récemment parlé d’Apple, ou encore de la communication multimédia des politiques en 2007-2008, années des élections françaises et américaines.

 

SMBG : Il est également prévu, durant le mois de mars 2013, un voyage d’études en Irlande.

François Cazals : Oui, comme chaque année. C’est un énorme avantage, tout d’abord, car c’est un pays anglo-saxon et qu’il répond, de fait, parfaitement aux caractéristiques d’un MBA. Durant une semaine, les étudiants s’en vont suivre des cours au sein de University College of Cork, notre partenaire historique. Ce n’est pas tout, puisqu’ils effectuent également des visites professionnelles au sein d’entreprises. Il faut savoir que de nombreuses sociétés de haute-technologie sont implantées en Irlande. En 2012, les élèves du programme ont pu se rendre chez Apple Europe ou chez Facebook Europe entre autres. D’ailleurs, pour la visite de cette dernière structure, ils ont été accueillis par une ancienne élève du MBA qui évolue désormais à Dublin.

Les échanges réalisés sur les différentes pratiques professionnelles sont bénéfiques pour nos étudiants, mais également pour les recruteurs et managers de ces entreprises, en quête de profils à fort potentiel, ce dont nous sommes en mesure de fournir.

 

SMBG : Les étudiants doivent-ils toujours rédiger une thèse professionnelle ?

François Cazals : Oui, toujours. Ils sont obligés de rédiger un travail de recherche appliquée et d’en effectuer la soutenance. Nous tenons à ce qu’ils obtiennent la moyenne à cette thèse pour valider le MBA. Ils sont, bien sûr, encadrés par des tuteurs, professeurs à l’ISC.

Partagez cet article

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Vous souhaitez en savoir +
sur le classement Eduniversal ?